Quels sont les dangers liés à la manipulation d’une cigarette électronique ?

Les lois concernant les e-cigarette se durcissent

La cigarette électronique est considérée par certains comme une alternative moins dangereuse pour la santé. Cependant, d’autres dangers insoupçonnés lui sont aujourd’hui rattachés et que les scientifiques tentent d’expliquer. Ces risques sont surtout liés à la manipulation de l’e-cigarette, plus qu’à la consommation du e-liquide en soi. De quels dangers parle-t-on exactement ?

Combustion et explosion : plus de 25 cas aux États-Unis

Si l’e-cigarette gagne des points par rapport à la cigarette ordinaire dans le domaine de ses effets sur l’organisme humain, elle peut être jugée plus dangereuse lorsqu’il s’agit des risques liés à son fonctionnement. En effet, depuis 2009, plusieurs cas de combustion et d’explosion de l’ecig ont été recensés dans les pays grands utilisateurs de ce produit. C’est le cas aux États-Unis où 25 incidents se sont produits depuis la commercialisation du dispositif en 2009. Le phénomène est provoqué, selon les chercheurs, par la surchauffe de la batterie. En général, celle-ci est conçue à base de lithium-ion. Quand celle-ci est exposée à une forte température, elle provoque une combustion pouvant être succédée ou précédée d’une explosion.

Dangers liés à l'explosion de la cigarette électronique

Quelles en sont les conséquences ?

Les conséquences de ce type d’accident peuvent être plus ou moins importantes selon les cas. Dans une moindre mesure, il peut s’agir de brûlures superficielles dues à un contact avec l’appareil brûlé. 80% des cas concernent la main, la bouche, mais aussi la cuisse et l’aine lorsque l’appareil se trouve dans la poche lors de la combustion.

Dans le cas d’une explosion, les conséquences peuvent être plus désastreuses. En effet, l’explosion peut provoquer des brûlures chimiques dues à l’expansion de l’e-liquide. Ce cas concerne 33% des incidents. 27% des accidents de ce genre engendrent des blessures de souffle.

Parmi les conséquences les plus graves, on trouve la perte de dent, des cicatrices engendrées par les brûlures ou encore la destruction des tissus mous amenant nécessairement à une intervention chirurgicale. Ces incidents sont donc répertoriés comme des causes de traumas esthétiques importants chez les utilisateurs du produit. Certains cas peuvent nécessiter la sollicitation d’autres disciplines médicales telles que la chirurgie plastique et la psychologie.

Quelles mesures prendre ?

Puisque les cas de combustion et d’explosion d’une cigarette électronique sont de plus en plus fréquents, les médecins appellent à des mesures liées à la santé et à la sécurité publique. Les agents de la santé demandent notamment l’intervention de la FDA ou Food and Drug Administration pour se pencher sur des règlementations claires concernant la batterie de l’e-cigarette.

En France, l’Association française de normalisation ou AFNOR a déjà pris ses responsabilités depuis le 2 avril 2015. En effet, ce bureau a mis en place deux normes nationales concernant la fabrication de la cigarette électronique. La première concerne la conception de l’e-liquide. Quant à la seconde, elle traite de la normalisation de la fabrication de l’appareil. La batterie doit disposer d’un système de blocage de la vaporisation qui se mettra en marche toutes les dix secondes. Ce système peut empêcher la batterie de prendre feu ou d’exploser.

Laisser un commentaire