Réunion : une mère condamnée pour avoir brulé sa fille avec une cigarette

Au début de l’année 2013, une grand-mère vient voir une maitresse d’école, à Saint-Pierre, pour lui demander de veiller sur sa petite fille de 10 ans, Marie, qui est dans sa classe. La vieille dame s’inquiétait sur l’état de santé de l’enfant alors, mais ce n’est que quatre mois plus tard que le médecin de l’école a pu s’assurer des faits. Marie présentait des brulures de cigarettes sur le corps, dont sur les joues, et le médecin n’a pas tardé à alerter la police.

Le fait est que Marie, ainsi que son petit frère et sa petite sœur, sont maltraités par leur mère et le petit ami de celle-ci depuis un bon moment. Le couple semblait être très déséquilibré, probablement sous l’emprise du zamal qu’il cultivait dans leur maison, plus précisément dans la chambre des trois enfants.

Après confirmation des faits : blessures et brulures sur mineurs, la mère de Marie et son compagnon ont aussitôt été mis en garde à vue pendant 2 jours où ils ont été auditionnés plusieurs fois. La jeune maman de 29 ans était apparemment à bout et cette arrestation était presque un soulagement, lui donnant enfin l’occasion de se confier et moins explicitement de lancer un appel au secours. Elle a reconnu avoir battu ses enfants dans ses pires moments de détresse, dans des gestes disproportionnés. Son avocat, Me Jean Maurice Nassar, a cependant tenu à préciser que l’amour maternel de sa cliente ne devait pas être remis en question car ses trois enfants n’en ont jamais douté même dans les pires moments.

Quant à son petit copain, son avocat Me Guillaume Albon, a affirmé qu’il aimait lui aussi les enfants comme s’ils étaient les siens et qu’il n’avait pas l’impression d’avoir dépassé les bornes. L’homme assénait les coups dans le cadre de corrections méritées, selon ses propres mots. A la Réunion, il est encore courant de voir des parents donner des coups à leurs enfants en guise de correction, comme il est autorisé dans l’éducation traditionnelle.

Après avoir perdu la garde des enfants, la mère les récupère finalement en décembre mais sous l’œil vigilant des agents des services sociaux. Elle a quitté son ancien compagnon et élève désormais seule ses trois enfants, regrettant amèrement ses actes passés.

Lundi dernier, le jugement a condamné la mère de Marie et son ex-beau père à six mois de prison avec sursis et au paiement de 4000 euros aux petits en guise d’indemnisation des violences subies. La jeune maman est apparue seule à la barre du tribunal de Saint-Pierre pour assumer ses actes

Laisser un commentaire