Les douanes Suisses sous haute pression

La Suisse est soumise à des mesures drastiques sur les contrôles de la cigarette électronique comparée à la France que nous pensons déjà en faire un peu trop dans le domaine. Il faut savoir que la Suisse émet des désirs prononcés sur le fait de réduire les méfaits du tabac sur sa population. Pour ce faire, ils trouvent dans la cigarette électronique un moyen adapté à leurs besoins mais, produit en contre partie, des contraintes importantes notamment en ce qui concerne son approvisionnement en nicotine que le pays doit réaliser par ses propres moyens.

L’approvisionnement en nicotine rendue difficile

En Suisse, il est possible pour tout citoyen d’importer une quantité de 150 ml de liquide nicotiné selon l’Office fédéral de la santé, cette quantité pouvant servir pour deux mois de vapotage. Ceci fait l’objet de plusieurs trafics au niveau des frontières suisses qui doivent contrôler les quantités importantes de nicotine en liquide, apportant ainsi un travail supplémentaire aux employés de la douane.
La situation ne risque pourtant pas de changer d’ici peu puisque la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme exige l’interdiction de la vente de liquide cigarette électronique. Il est à savoir que la Suisse compte déjà plus de 100.000 fumeurs qui ont un penchant pour la e-cigarette.

La richesse tabagique de la Suisse

L’industrie et le commerce du tabac bat encore son plein en Suisse puisqu’il fait partie des rares pays où les mesures contre le tabagisme ne sont pas encore prises au sérieux. Parmi ces lois, le pays ne met pas encore en vigueur celle qui interdit la vente de cigarettes aux mineurs et plusieurs activités culturelles sont encore sous le sponsoring des marques de tabac. Le pays est donc perçu par tous comme la promotion vivante du tabagisme au niveau mondial avec des industriels comme Philip Morris et British American Tobacco.

Laisser un commentaire