Le tabagisme passif a des effets néfastes sur le mental des enfants

fumeur

Selon des recherches effectuées par l’Inserm et l’Université Pierre-et-Marie-Curie, un enfant qui a subi le tabagisme passif venant de ses parents avant et après sa naissance peut être sujet à des troubles du comportement ainsi qu’à une instabilité émotionnelle. Voici quelques explications.

Des recherches complémentaires à celles déjà effectuées par plusieurs entités scientifiques ont été entreprises par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale ou Inserm en collaboration avec l’Université Pierre-et-Marie-Curie sur le sujet des effets du tabagisme passif sur l’enfant. Les résultats ont été publiés en septembre dernier et parlent essentiellement du niveau psychologique de ce dernier lorsqu’il est soumis à la fumée de tabac. Le constat est clair, ce type de vice expose l’enfant à des risques de troubles comportementaux et émotionnels, en plus de problèmes respiratoires qui ont déjà été décelés auparavant.

Quels types de troubles ?

L’expérience a été menée sur 5.221 enfants travaillant encore à l’école primaire dans six villes françaises. Ils appartiennent à des familles fumeuses ou non. Après les enquêtes, il a été démontré que les enfants qui ont subi le tabagisme passif, que ce soit avant ou après la naissance ou encore pendant la grossesse de leurs mères, présentaient des troubles du comportement. Au niveau émotionnel, ceci se traduit par de la peur, de l’anxiété ou encore plusieurs sortes de phobies. Au niveau comportemental, il s’agit de réactions agressives ou coléreuses.

En tout, cette observation est valable sur 21% des individus enquêtés. D’après les responsables, ces résultats sont confirmés par ceux qu’ont donnés les mêmes expériences réalisées sur les animaux.femme qui fume

Comment agit la nicotine sur l’enfant ?

Cette étude a permis aux chercheurs des deux instituts concernés de déceler des conséquences qu’ils ne pensaient pas découvrir. Effectivement, les recherches ont surtout été réalisées afin de trouver d’autres problèmes de santé causés par le tabagisme passif. Au lieu de cela, ils ont pu définir des effets encore plus dangereux sur la croissance cérébrale de l’enfant.

En effet, lorsque la mère fume pendant la grossesse, la nicotine provoque une stimulation des récepteurs acétylcholiniques et une altération de la formation de la structure cérébrale. Lorsque l’exposition à la FTA ou fumée de tabac ambiante a lieu pendant les premiers mois après la naissance de l’enfant, cette substance provoque des changements au niveau de la croissance du cerveau  à cause d’un déséquilibre protéinique. Dans les deux cas, le résultat est un cerveau anormalement formé, engendrant ainsi des troubles au niveau de tout le système comportemental de l’enfant.

Ces résultats encouragent toujours plus les scientifiques à inciter les femmes à ne pas fumer avant, pendant et après une grossesse. Il s’agit également d’un appel d’alerte à tous ceux qui fument encore en présence d’enfants.

Laisser un commentaire