La fin de la cigarette se rapproche selon Philip Morris

Philip Morris annonce le déclin de la cigarette traditionnelle

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le leader mondial du tabac, Philip Morris, accepte de manière très positive l’inévitable : la fin de la cigarette traditionnelle. Le PDG du groupe, André Calantzopoulos, espère même que cela se fera pour très bientôt. Il a même suggéré que les gouvernements devraient d’ores et déjà envisager l’arrêt progressif de ce produit qui tue des millions de personnes par an.

Pourquoi une telle indifférence vis-à-vis son gagne-pain ?

À en croire les déclarations du PDG de l’une des plus grandes firmes du tabac au monde, la fin de la cigarette serait une excellente nouvelle et pour cause : il a déjà trouvé une solution de rechange prometteuse baptisée Iqos.

Iqos est l’alternative électronique de la cigarette traditionnelle produite par Philip Morris. Le cigarettier est d’ailleurs déjà en plein lancement de ce dispositif en Grande-Bretagne. Pour assurer le succès de son nouveau produit phare, l’entreprise a investi plus de deux milliards de dollars et il compte bien un retour sur investissement rapide et durable.

Iqos est une cigarette électronique qui fonctionne à base de tabac chauffé. André Calantzopoulos est très confiant en son succès puisque selon lui, il permet au fumeur de se rapprocher le plus possible de la cigarette traditionnelle. Sur le moyen et long terme, il convertira peu à peu tous les fumeurs même si aujourd’hui, 85 % des ventes aux États-Unis concernent encore la clope.

Le PDG du groupe se montre d’ailleurs patient, car convertir tous les fumeurs à l’échelle mondiale prendra du temps. Il reconnaît même que d’ici 2025, le monde comptera encore près d’un milliard de fumeurs, mais ce sera déjà une belle victoire.

Vers la fin de la cigarette traditionnelle

Une renaissance dans la cigarette électronique

Alors qu’ils étaient, au début, très réticents envers la cigarette électronique, tous les géants du tabac se tournent de plus en plus vers elle. Certains d’entre eux sont même présents sur le marché depuis quelques années tandis que Philip Morris en est à ses débuts.

Pour expliquer cette renaissance, le PDG a reconnu que la cigarette est un produit nuisible qui cause de nombreuses maladies. Dans ce cas-là, poursuit-il, quand la technologie permet d’éviter cela, ce qui est désormais un fait, il faut saisir l’opportunité et agir vite. De là est né Iqos.

Pour Philip Morris, c’est une manière de satisfaire en premier les consommateurs, puis la santé publique et enfin le groupe.

Selon les analystes, le marché de la cigarette électronique dégagera en 2020 dans les un milliard de dollars de revenus. Un chiffre d’affaire qui couvrira les 300 millions de perte que bon nombre de cigarettiers accusera cette année avec la diminution des ventes. En attendant cette promesse, il ne leur reste plus qu’à dissiper les nuages qui planent encore au-dessus de l’e-cigarette.

Laisser un commentaire