Arrêter de fumer la cigarette > Actualités de la cigarette électronique > La cigarette électronique et le tabac, des dangers communs pour le cœur

La cigarette électronique et le tabac, des dangers communs pour le cœur

(Mis à jour le: 27 mars 2019)
La cigarette électronique et le tabac, des dangers communs pour le cœur
5 (100%) 3 vote[s]

La cigarette électronique est préférée à la cigarette normale pour ses vertus non-cancérigènes et sa composition dénuée de goudron, ce qui connote un danger moindre par rapport au tabac. La théorie vient pourtant d’être démentie par une étude américaine.

Les recherches qui ont abouti à cette révélation ont été réalisées par des chercheurs de la Brown University. Les expériences ont été menées sur des cellules musculaires lisses vasculaires prélevées sur des rats et des sujets humains. On a pu prouver que la nicotine avait un effet sur ces cellules grâce à un mécanisme qui provoque la formation de plaques d’athérome, ces plaques étant à l’origine de plusieurs maladies cardio-vasculaires. De plus, cette substance accélère la détérioration de ces cellules lisses. Les deux effets combinés représentent un risque important à la dégradation de la paroi artérielle et donc à l’apparition d’athérosclérose.

L’effet inverse a pu être démontré à partir de l’exposition de ces cellules à une substance qui permet l’inhibition de la nicotine. Les cellules ne présentent plus les effets du mécanisme de détérioration expliqués ci-dessus.

A partir de ces résultats, le professeur Hai qui était responsable de la direction des recherches a pu démontrer que la cigarette électronique et le liquide recharge électronique qui contient aussi de la nicotine présentent les mêmes dangers que le tabac sur le système cardio-vasculaire et peuvent provoquer des risques aigus d’athérosclérose.

Il affirme, en outre, que la recherche de traitement permettant la réduction des effets nocifs de la nicotine sur le cœur est possible. Pour ce faire, selon lui, il est important d’essayer de comprendre le mécanisme d’altération des cellules lisses vasculaires à partir du récepteur nicotinique d’acétylcholine et de la Protéine kinase C.

 

 

 

 

 

Auteur de l’article : Jacques Dupont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *