Fumer lorsqu’on est au boulot a-t-il des répercussions sur la qualité de notre travail ?

fumer sur son lieu de travail

Chers fumeurs, voici encore un méfait du tabagisme sur votre vie quotidienne. Mais sans plus toucher à votre santé, il s’agit ici des répercussions de vos habitudes tabagiques sur votre vie professionnelle. En effet, il a été prouvé que pour certaines raisons, les employés qui fument accusent moins de production lorsqu’ils travaillent. La cause en est essentiellement le nombre de pauses cigarettes auxquelles ils ont recours tout au long d’une journée. Voici comment les scientifiques et les chefs d’entreprises l’expliquent.

Plusieurs pauses et moins de travail fait …

Lorsque la notification interdisant le fait de fumer sur le lieu de travail a été communiquée, les fumeurs ont été obligés de changer leurs habitudes en conséquence et selon les dispositions que leurs entreprises respectives ont prises face à cette décision. En effet, si certaines d’entre elles ont trouvé plus judicieux d’installer des espaces fumeurs dans leurs locaux, d’autres ont négligé de le faire. La cause en est des frais supplémentaires pour l’installation d’infrastructures adéquates comme de nouveaux systèmes de ventilation. Mais cette négligence ou économie paiera de la productivité de leurs employés fumeurs. En effet, sans fumoirs à leur disposition, ces derniers sont obligés de sortir des locaux de l’entreprise pour pouvoir calmer leur besoin de nicotine. La conséquence directe en est plus de temps passé en pause et plusieurs pauses en une seule journée.

Selon les résultats d’une enquête réalisée sur 2000 sujets fumeurs, ils ont besoin de huit pauses par jour d’environ 10 minutes chacune pour fumer un paquet de cigarettes par jour. Et sur les lieux de travail, cette quantité de nicotine journalière est très fréquente.  En tout, un employé fumeur sans fumoir à sa disposition peut négliger son travail pendant 80 minutes par jour. Et la conséquence, les chefs d’entreprises la voit dans la productivité qui se retrouve en baisse.

zone pour fumeurs

Plus d’absentéisme et de retard

Cette même étude a conclu à penser que les sujets fumeurs accusent plus d’absentéisme et de retard par rapport aux employés non-fumeurs. En effet, les chiffres le démontrent facilement puisque :

  • Sur un délai de six mois, 19% des sujets fumeurs affirment avoir été obligés de ne pas travailler au moins une fois alors que cette proportion n’est que de 11,5% chez les non-fumeurs. Les fumeurs sont ainsi plus facilement sujets à des maladies par rapport à leurs collègues.
  • 1,6% des fumeurs peuvent également être victimes d’accidents de la route sur le trajet du travail tandis que chez les non-fumeurs, ce chiffre n’est qu’à 0,9%. Les fumeurs ont ainsi moins de réflexe par rapport à leurs camarades de travail.

De plus, selon les chefs d’entreprise, les employés fumeurs sont beaucoup plus souvent en retard en comparaison aux autres. En effet, ils arrivent en moyenne 15 minutes après l’heure prévue.

Enfin, à la suite de cette enquête, il a été révélé que les employés fumeurs prennent exemple sur leur employeur. En effet, selon eux, ils sont plus enclins à fumer sur leur lieu de travail lorsque leur chef fume aussi. Si ce dernier est non-fumeur, ils prennent moins le risque de partir en pause plusieurs fois dans la journée.

Quelles sont les mesures à prendre côté entreprise ?

Puisqu’on ne peut décemment pas obliger une personne à arrêter de fumer, certaines entreprises sont sollicitées à proposer à leurs employés fumeurs des services de prise en charge de leur mauvaise habitude. Elles peuvent opter pour l’installation de fumoirs ou encore pour certains dispositifs qui peuvent inciter les employés à offrir plus de productivité malgré leur tabagisme.

Laisser un commentaire