E-cigarette : une charte de savoir-vivre pour les vapoteurs

e cigarette une charte de savoir vivre
No votes yet.
Please wait...
(Last Updated On: 17 avril 2015)

L’e-cigarette fait encore et toujours parler d’elle. Même si elle est considérée comme un outil sevrage tabagique, l’Assemblée Nationale a préféré voter une loi l’interdisant au travail. Celle-ci a été votée le 14 avril dernier. En parallèle, les associations SOS Addictions et Fédération Addiction ont publié une charte de savoir-vivre pour les vapoteurs pour qu’ils puissent vapoter au travail sans gêner leurs collègues.

Une charte pour lutter contre la stigmatisation

Si l’Association SOS Addictions et la Fédération Addiction ont voté pour cette charte, c’est parce qu’ils souhaitent :

  • Lutter contre la stigmatisation dont sont souvent victimes les vapoteurs. La charte a ainsi pour principal objectif d’instaurer la différence entre vapoteurs et fumeurs
  • Faire régner l’harmonie entre tous les salariés de l’entreprise
  • Sauver le maximum de vies parce que l’e-cigarette est un outil de sevrage tabagique et que son utilisation ne devrait donc pas être freinée sans que cela porte atteinte à la vie d’autrui

La charte a été établie avec la collaboration de nombreux médecins.

 

Les règles imposées par la charte

Pour que cette charte porte des résultats positifs, elle se base sur neuf règles à appliquer au sein de l’entreprise :

  • Pour ne pas gêner ses collègues, le vapoteur doit s’assurer auprès d’eux que sa pratique ne les dérange pas. Il devra essayer de trouver avec eux la meilleure organisation possible pour qu’il puisse continuer à vapoter sans occasionner de gêne.
  • que la personne vapote ou non dans un local de l’entreprise, elle devra s’assurer que la pièce est bien aérée et ventilée.
  • Le vapoteur ne pourra vapoter qu’à deux mètres de distance de ses collègues.
  • Pour pratiquer le vapotage sur les lieux de travail, le vapoteur devra privilégier les arômes doux comme ceux à base de fruits.
  • Le vapoteur devra essayer de produire le moins de vapeur possible. Pour cela, il peut inhaler un peu plus longtemps la vapeur, ajuster le voltage du dispositif ou privilégier un équipement qui ne produit que peu de vapeur.
  • Pour que le vapoteur diminue ses boffées quotidiennes, il est invité à choisir des e-liquides plus fortement dosés en nicotine pour qu’il puisse atteindre rapidement ses besoins quotidiens.
  • Pour ne pas se trouver en situation de manque, le vapoteur est invité à utiliser des formes orales de nicotine (gommes ou pastilles) lors des longues réunions.
  • Pour ne pas inciter les enfants et les adolescents à se mettre à l’e-cigarette, le vapoteur devra éviter d’en pratiquer en leur présence.
  • Si un collègue venait à tousser, le vapoteur devra s’assurer que la cigarette électronique ne le dérange pas.

 

Vapoteur Vs fumeur

Même si la cigarette traditionnelle et la cigarette classique ont les mêmes principes et font adopter les mêmes gestuels, les associations à l’origine de la charte souhaite imposer une bonne fois pour toute que les vapoteurs ne doivent pas être assimilés aux fumeurs. Grâce à cette charte, elles réfutent l’idée de mettre les vapoteurs sur le trottoir et les mettre dans la même pièce fumeuse que les fumeurs. Selon elles, cette confusion est la principale raison des rechutes.

Pour y remédier, ces associations souhaitent que l’on considère les vapoteurs comme des ex-fumeurs ou des fumeurs en cours de sevrage tabagique. Leur venir en aide est donc la bonne attitude à adopter en commençant par les différencier des fumeurs.

Lire la charte ici

Qu’en est-il alors du nouvel amendement de 14 avril ?

Il est clair que le nouvel amendement de 14 avril 2015 interdisant la cigarette électronique au travail dans les lieux fermés et couverts, dans les transports publics fermés et dans les établissements scolaires ne plaira pas à la Fédération Addiction et à l’Association SOS Addictions. Qui des deux réussira alors à s’imposer ? Charte ou amendement ?

Laisser un commentaire