La cigarette électronique : un moyen efficace pour arrêter de fumer

Selon une première étude menée en Nouvelle-Zélande, il a été prouvé que la cigarette électronique est un outil de sevrage tabagique au moins aussi efficace que les patchs de nicotine.

La présentation de cette étude fera un grand effet au cours du congrès européen de pneumologie qui va se tenir du 07 au 11 septembre à Barcelone. D’ailleurs, c’est pour la première fois qu’une équipe d’origine néo-zélandaise ait comparé l’efficacité de la cigarette électronique à celle des patchs de nicotine qui ont été utilisés durant 13 semaines comme un produit efficace à l’arrêt de fumer. Suite à six mois d’expérimentations, 7.3 % des 292 « vapoteurs » sont parvenus à arrêter de fumer contre 5.8 % des 292 personnes utilisant les patchs ainsi que 4.1 % dans le petit groupe de 73 témoins qui fumaient une e-cigarette placebo sans nicotine.

Selon le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière à Paris et président de l’Office français de prévention du tabagisme, le problème qui se pose consiste dans le fait que les effectifs des personnes qui ont réussi à arrêter de fumer sont très petits que les différences ne sont pas très significatives.

Le handicap majeur de cette étude consiste au choix effectué par les auteurs qui n’ont pas voulu comparer que les produits à dose fixe sans avoir recours à un soutien psychologique apporté dans les consultations d’aide au sevrage tabagique.

Cette étude a montré que même les personnes qui n’ont pas réussi à cesser de fumer, ont réussi à réduire leur consommation quotidienne de nicotine. Ce taux a atteint 57 %. Quant aux utilisateurs de patchs, seulement 41 % ont pu réussir.

Dès que les gens ont commencé à utiliser la cigarette électronique en France, les ventes du tabac ont diminué de 10 % au cours des sept premiers mois de 2013.

La cigarette électronique est un véritable raz-de-marée sur tous les continents. En effet, en Europe, il y a sept millions d’adeptes. Quant aux États-Unis, le nombre aurait doublé chez les collégiens et lycéens en un an et atteint le 1.78 million de jeunes américains utilisant la cigarette électronique.

Laisser un commentaire