Arrêter le tabac : comment y parvenir ?

comment parvenir Arreter le tabac

Je veux arreter de fumer :

Une fois que la décision d’arrêter de fumer est prise, la mise en application de cette résolution est une toute autre affaire. Durant le sevrage, il y a souvent quelques moments de faiblesse, une tentation de griller une petite cigarette qui finit par l’échec de tout le processus. Alors, quels sont les meilleurs moyens d’y parvenir ? Quelles sont les astuces qui marchent ?

 Arrêter de fumer : l’hésitation

Quelque part au fond de lui, un fumeur a envie de cesser d’arrêter. Mais souvent, il trouve plus d’avantages dans le fait de fumer plutôt que dans le fait d’arrêter. Par ailleurs, les doutes sur le succès du sevrage planent. Pourtant, plus on hésite, plus les chances d’y parvenir sont réduites. Chaque tige brûlée rapproche davantage l’individu à la dépendance, d’autant plus lorsqu’il est fumeur depuis longtemps. Au lieu de se poser des questions et de craindre que le sevrage se solde en échec, il vaut mieux agir au plus tôt.

Comment se préparer ?

Une fois que vous avez fixé une date pour arrêter de fumer, il est temps de s’y préparer. Cela consiste notamment à mieux cerner votre comportement en tant que fumeur, de répertorier tous les moyens de mettre les chances de réussite de votre côté et d’appliquer ces moyens. Une bonne préparation est un pas vers le succès car on admet qu’il est bien difficile de s’affranchir de la dépendance au tabac. On aimerait réduire les conséquences de cette dépendance et la meilleure méthode pour y arriver est de s’écouter. C’est une étape où l’on doit se poser certaines questions : où est-ce que je range mon paquet de cigarettes ? Est-ce que je veux réellement arrêter de fumer ?

A la vue d’une cigarette, d’un cendrier et d’un briquet, les sens ont une sorte de réflexe qui n’est pas contrôlé par le cerveau. Il se peut qu’on mette la main sur un paquet avant même qu’on en soit vraiment conscient. Pour y remédier, il faut agir de façon cohérente avec la motivation à se débarrasser du tabac. Parfois, il est nécessaire de dresser son corps pour qu’il fasse ce que l’esprit souhaite. Pour vous aider dans cette démarche vous pourrez par exemple tenir vos paquets de cigarettes hors de portée de main, afficher bien visiblement vos motivations à arrêter le tabac et commencer à vous accoutumer à la pratiques des moyens pour avoir les bons réflexes.

Néanmoins, le désir d’abandonner la cigarette peut induire une crainte de dépendance à quelque chose d’autre. Mais ce genre de situation arrive plus rarement qu’on peut le penser. Au contraire, il se peut que vous appréciiez tellement votre liberté que vous ne voudrez pas risquer d’y mettre un quelconque obstacle.

C’est le moment de passer à l’acte

Cà y est, vous venez d’arrêter le tabac et vous pouvez en être fier. Une fois que vous êtes arrivé à cette étape, le principal est à présent de tout faire pour éviter la rechute et de lutter contre toute tentation. Au cours du sevrage, il est tout à fait normal d’avoir par moment de fortes envies, parce que la dépendance à la nicotine est une chose dont on ne s’affranchit pas facilement. Il faut se mettre en tête que les envies ne sont que passagères et qu’il faut seulement éviter la panique quand elles surviennent. En cas d’envie obsessionnelle, vous pouvez effectuer quelques gestes simples, comme l’inspiration/expiration, passer vos mains sous l’eau froide, vous changer les idées en s’adonnant à d’autres occupations, boire ou mâcher un chewing-gum à chaque envie. Une fois que cette dernière est passée, il se peut toutefois qu’elle revienne mais il faut se rappeler que si l’on tient bon et qu’on ne reprend plus de la nicotine, l’envie finit par s’en aller.

arrêter de fumer

La cigarette électronique: un moyen d’arrêter de fumer

Une fois que vous n’êtes plus dépendant à la nicotine, il peut arriver que le désir de fumer réapparaisse, comme un réflexe. Dans ce cas, on procède de la même façon que pour faire passer les envies passagères. Dans le processus de sevrage, l’important est de persévérer.Consultez notre article sur les aides pour arrêter de fumer ici

Voilà six mois que vous n’avez pas touché à la cigarette

Si vous en êtes arrivé là, vous pouvez être fier de vous. Pour rester non-fumeur, il y a quelques points sur lesquels il faut veiller. En premier lieu, il ne faut pas penser que vous pouvez vous permettre d’en griller ne serait-ce qu’une moitié de cigarette, sinon vous risquez de faire resurgir l’emprise que la nicotine avait sur vous. Par ailleurs, même si vous avez succombé à la tentation, il ne faut pas pour autant tout abandonner. Il faut se dire que la prochaine fois, cela n’arrivera plus. Dans certaines situations, vous serez exposé à d’importants risques de rechutes, comme lorsque vous passez la soirée avec vos amis. Dans ces moments-là, vous devez vous souvenir que le tabac n’est pas quelque chose dont vous avez besoin et qu’il ne faut pas forcément fumer une cigarette pour s’amuser. Dans d’autres situations, vous aurez à faire face à un évènement tragique ou une épreuve difficile dans votre vie, ce qui vous exposera à une très forte tentation. Dans ce cas, vous devez être conscient et vous rappeler que substituer un problème à un autre ne vous apportera rien, voire pire. Il existe d’autres solutions nettement plus efficaces. Lorsque vous en êtes à votre sixième mois sans tabac, vous devez vous attendre à ce qu’une envie brusque de fumer vous gagne  et il se peut même que vous vous retrouviez avec une tige à la main, cela étant dû à un simple réflexe. Il faut s’y attendre et prendre garde.

Selon les statistiques, ceux qui arrivent à vivre sans tabac au-delà de six mois risquent moins de recommencer à fumer. Cependant, la vigilance est de mise et il ne faut pas tomber dans le piège des compagnies de tabac.

 

 

 

 

Laisser un commentaire