Arrêter le tabac avec le chewing –gum à la nicotine

chewing –gum à la nicotine

De nos jours, il existe de nombreux moyens qui nous aident à arrêter le tabac, dont le chewing-gum à la nicotine. Quel est son principe ? Comment l’utiliser ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Réponses…

Gomme nicotinique : principes

Le principe des chewing-gums à la nicotine est le même que celui des patches, à la différence que la dose de nicotine est ingérée par voie buccale. Ce produit permet de soulager les symptômes liés au manque physique de tabac. Généralement, on mâche autant de gommes que nécessaire suivant le degré de dépendance à la nicotine avant le sevrage. Comme dans le cas des patches, la dose est déterminée à l’aide des tests de Fagerström. Sur le commerce, il existe des gommes à dosages différents : les gommes 2mg et 4mg conviennent beaucoup plus aux grands fumeurs dont la dépendance à la nicotine est encore plus accentuée. Habituellement, le traitement dans le cas d’utilisation de gommes dure 3 mois et il est fortement déconseillé d’utiliser ce produit durant plus de 6 mois successifs après l’arrêt du tabac. Chez certaines marques, les gommes contiennent divers arômes (citron, original, fruit, menthe…) auquel cas seule la moitié de la dose est ingérée.

Comment utiliser une gomme à la nicotine ?

Pour être efficace, le chewing-gum nicotinique doit être mâché correctement, suivant une technique de mastication bien définie. Ainsi, le produit doit être mâché doucement durant une dizaine de secondes. Par la suite, il sera placé entre la paroi intérieure de la joue et la langue pendant une minute et l’opération sera répétée durant une trentaine de minutes. La posologie varie en fonction de la quantité de cigarettes quotidienne du fumeur. Néanmoins, la durée du traitement ne devrait pas se prolonger au-delà d’une année. Il est déconseillé de poursuivre le traitement au-delà d’un an. Certaines personnes ont besoin d’un traitement de plus longue durée, pour éviter de recommencer à fumer.

Lorsqu’on opte pour la gomme à la nicotine, le traitement se décompose généralement en deux étapes. Dans un premier temps, on prend une gomme à chaque fois que l’on ressent l’envie de fumer. Dans ce cas, le nombre de gomme consommée varie généralement entre 8 et 12 par jour. Dans la majorité des cas, cette première étape dure environ un trimestre. Par la suite, lorsqu’on commence à mieux contrôler l’envie de fumer, on diminuera le nombre de gomme consommée quotidiennement de façon progressive. Ainsi, ce nombre peut descendre jusqu’à 1 à 2 par jour.

 

Avantages et inconvénients

De nombreuses études menées ont confirmé l’efficacité probante des gommes par rapport au patch.  Cependant, l’efficacité ne sera optimale que si le mode d’utilisation du produit est  rigoureusement respecté. La gomme à la nicotine présente l’avantage de pouvoir être couplé aux timbres nicotiniques afin de calmer une soudaine et irrésistible envie de fumer. Ce type de traitement convient parfaitement aux personnes qui fumaient irrégulièrement, tandis que pour les fumeurs réguliers, le produit intervient activement dans le processus de sevrage et permet de maintenir une gestuelle. Toutefois, son mode d’utilisation représente parfois un inconvénient du fait des strictes préconisations de mastication. En effet, si la gomme est mâchée trop rapidement, la nicotine est diffusée plus vite, provoquant ainsi une hypersalivation ou même des brûlures d’estomac. En outre, la gomme est de faible efficacité quand elle est avalée car le produit est détruit dans le foie.   Ainsi, la gomme à la nicotine est un bon moyen de se sevrer du tabac mais il faut veiller à ce qu’elle soit bien utilisée et qu’il n’y ait pas de risque de ne plus pouvoir s’en passer après le sevrage.

Laisser un commentaire