Arrêter de fumer grâce à la « méditation de l’attention »

stop a la cigarette

Pour nos amis fumeurs, voici encore une méthode efficace qui permettrait d’arrêter de fumer. Il s’agit ici de se contrôler grâce à une « méditation de l’attention ». La particularité de cette méthode est qu’elle pourrait être efficace même chez les individus qui ne désirent pas quitter leur addiction au tabac. Pour ceux pour qui la technique est nouvelle, découvrez ici comment ça marche.

Tout le monde, ou la majorité des fumeurs comme des non-fumeurs ont toujours attribué la réussite d’un sevrage au tabagisme à une grande volonté de réussir. En effet, l’idée préconçue est que « sans le vouloir, on ne le peut pas ». Cependant, grâce à une étude, il a été prouvé que même les sujets qui ne désirent pas arrêter de fumer peuvent très bien y arriver sans le vouloir absolument. Pour ce faire, on a recours à des techniques de méditation de l’attention.

La méditation de l’attention sur le plan scientifique

Les effets du tabagisme sur le visage n’étant plus inconnus de nos amis fumeurs, des recherches ont été menées sur le cerveau des sujets qui présentent une addiction au tabagisme. Les résultats ont montré que chez ces individus, les zones cérébrales qui présentent le self-contrôle sont en très basse activité. Cela pourrait signifier d’une part que le tabac, tout comme tout autre type de drogue, peut réduire cette activité cérébrale, menant ainsi à un besoin toujours plus intense du produit de dépendance.

D’autre part, ce constat pourrait révéler une méthode de réduire l’addiction au tabac. En effet, en stimulant ces circuits neurobiologiques, on pourrait renverser la balance vers une réduction inconsciente du tabagisme. Il sera alors question de renforcer le self-contrôle.

La méditation de l’attention dans la vie de tout un chacun

Le même résultat scientifique a été prouvé lors d’une expérience vécue sur 60 étudiants dont 27 sont fumeurs et 33 ne le sont pas. Les sujets ont été divisés en deux groupes. Une première moitié s’est penchée sur des exercices de relaxation tandis que l’autre a subi des séances de méditation de l’attention. Cette dernière consiste à prendre conscience de sa vie et de son expérience. Chaque séance a duré 30 minutes pendant deux semaines. Les résultats ont été obtenus grâce à un questionnaire posé à chaque candidat, à la comparaison des analyses de leurs cerveaux respectifs avant et après l’expérience et au taux de tabagisme de chaque sujet fumeur pendant la période concernée.effets du tabac sur le cerveau

La réduction du stress et le self-contrôle contre le tabagisme

Les résultats de l’expérience sont clairs : lorsque le stress est réduit et que le cerveau est plus enclin à assurer son self-contrôle, l’arrêt du tabagisme peut être possible et ce, d’une manière inconsciente. En effet, la majorité des sujets expérimentés affirment, après l’expérience, avoir fumé le même nombre de tiges de cigarettes qu’auparavant. Cependant, après vérification du paquet, la réalité est qu’ils n’en ont fumé que la moitié.

Cette situation est expliquée par le fait qu’inconsciemment, ils ont modifié leurs habitudes grâce à un meilleur self-contrôle venant de leur cerveau, renforcé par un niveau de stress moindre par rapport à tous les jours.

Les résultats de cette expérience renforcent dans l’idée que le stress est un important stimulant du tabagisme, tout comme l’absence du contrôle de soi.

Malgré des résultats probants pour cette expérience inédite, il n’est pas certain qu’avoir recours à la méditation de l’attention et aux exercices de relaxation soit le meilleur moyen pour arrêter rapidement de fumer. Ces techniques ne font qu’y participer en réduisant notamment le stress et en octroyant un meilleur self-contrôle. Bref, déjà un bon début pour une période de sevrage au tabagisme.

Laisser un commentaire